Flux RSS

Archives de Tag: PPD

Cinquante nuances de greenwashing

Publié le

J’ai une confession à vous faire : j’ai coloré mes cheveux chimiquement pendant plusieurs années. On fait tous des erreurs n’est-ce pas ? J’étais ravie à chaque fois que je sortais de chez ma coiffeuse le cheveu bien roux, brillant, siliconé et brushingué. Mais ça, c’était avant. Avant que je commence à voir d’un œil suspicieux les picotements sur mon crâne et à ne plus supporter l’odeur atrocement chimique qui se développait pendant le temps de pose. J’ai espacé de plus en plus les séances, pour finir par ne plus y aller du tout.

Grand bien m’en a pris. C’est relativement connu maintenant, les colorations chimiques sont de vraies bombes. En plus de contenir des ingrédients à procédé de fabrication très polluant, elles polluent encore les eaux lors du rinçage et peuvent provoquer cancer et allergies.

Bien que le lien entre colorations chimiques et cancer n’aie pas été clairement établi, on connait le potentiel fortement allergène de certaines substances.

Deux exemples :

La PPD (p-phénylènediamine de son petit nom) permet une couverture optimale des cheveux blancs et est présent dans les teintures les plus foncées. Cet ingrédient est aussi connu pour être l’allergène présent dans les tatouages au henné noir (très moches au demeurant) souvent proposés en bord de plage. La PPD est interdite dans les substances destinées au contact direct avec la peau, ne cédez jamais à l’attrait de cet attrape touriste, encore moins si c’est un enfant qui le réclame… à moins de vouloir en garder le souvenir à vie. Douleur, sensation de brûlure, rougeur, cloques… les réactions peuvent se faire attendre une à deux semaines, mais ne manquent pas de se faire sentir. Dans les produits capillaires, il est autorisé à raison de 6% maximum et représente un potentiel risque pour les personnes sensibles.

L’avantage, c’est que vous avez un tatouage permanent à moindres frais…

Autre substance à fort potentiel allergène, la résorcine ou 1.3-Di-Hydroxybenzene– est également un perturbateur endocrinien soupçonné de favoriser certains cancers. Elle est normalement interdite mais autorisée sous certaines conditions, notamment dans les colorations à raison de 2.5% maximum.

 Ce ne sont que deux ingrédients parmi d’autres et on se doute que le reste ne va pas être très folichon non plus. Bonne nouvelle, ce n’est pas une fatalité ! Il existe des colorations exemptes d’ingrédients allergisants, respectueuses de votre santé et de l’environnement. J’ai nommé, les colorations végétales.

Qu’est-ce qu’une coloration végétale ?

C’est une coloration naturelle issue de plantes séchées et réduites en poudre. La plus connue est le henné (lawsonia inermis) mais il existe beaucoup de plantes et de mélanges différents permettant d’obtenir une gamme de couleurs variées.

Elles sont la plupart du temps présentées sous forme de poudre, généralement verte pouvant tirer vers le marron, d’odeur végétale pouvant faire penser au thé vert, à mélanger avec de l’eau avant l’application.

Malheureusement, il faut bien qu’il y ait un mais, le tableau était trop idyllique…

Allez, vous vous en doutez non ? … Non ?

Pour ne pas changer, certaines marques profitent encore et toujours de la méconnaissance du grand public des colorations végétales et font du greenwashing à gogo en proposant des produits pseudo-naturels mais qui ne diffèrent en rien des pires colorations chimiques.

Prenons par exemple la marque de coloration Herbatint.

Allons visiter leur site : http://www.herbatint.fr/

Sans surprise… c’est vert, on a l’habitude maintenant 😀

La marque ne s’affiche pas comme étant naturelle à proprement parler mais joue sur l’ambigüité avec sa dénomination : gel colorant permanent aux extraits végétaux.

Déjà, comme vous êtes des petits lecteurs intelligents, vous aurez bien noté le mot gel et vous savez, puisque je vous l’ai dit juste avant et que vous êtes attentifs, qu’une coloration végétale, c’est en principe sous forme de poudre. Premier indice.

Ensuite, on voit une jolie dame avec de beaux cheveux noirs corbeau, à nouveau la mention d’extraits végétaux puis une précision sur ceux-ci : aloe vera et limnanthes alba. Ce sont de vraies plantes, là n’est pas le problème, mais aucune des deux n’a de pouvoir colorant. On voit donc l’argument commercial gros comme une maison. Sans ammoniaque, sans paraben, sans résorcine. Bien bien.

Image suivante : couvre les cheveux blancs. Ok, les colorations naturelles font ça, mais, rappelez-vous notre amie PPD… Doux et facile à appliquer. Rien à dire, les colos végétales aussi, mêmme si on peut avoir un doute quant au « doux ».

Pouvoir éclaircissant de deux tons. Là, on dit stop in the name of love. Les colorations naturelles ne permettent pas de faire ça. Ici, plus de doute. Pour éclaircir les cheveux, il faut obligatoirement en passer par la chimie. Si vous lisez ça sur une coloration qui se dit naturelle, reposez le paquet.

Ensuite, on a toute une page qui nous décrit les 5 (waaah *_*) extraits végétaux présents dans les colorations Herbatint. Aucun d’entre eux n’a, encore, de pouvoir colorant.

Au cas où on aurait encore des doutes, on peut se diriger vers la page utilisation, qui nous demande de mélanger un gel colorant et un révélateur contenant  de l’eau oxygénée. Dans la FAQ, on peut aussi lire que « La teneur en PPD (p-phénylenediamine ou 1,4-diaminobenzène) est comprise entre 0,8% (pour les tons clairs ex : 10) et 1,2% (pour les tons foncés ex : 1) / jusqu’à 6% dans les teintures classiques », alors que la page d’accueil affiche la mention « sans PPD ». Je me suis faite avoir comme une bleue, puisque cette mention concerne la coloration Vegetal Color, qui est une coloration semi permanente s’estompant en plusieurs shampoing, et moins couvrante (logique, puisqu’il n’y a pas de PPD). Cependant, si j’ai pu me faire avoir en ayant étudié le site un minimum, imaginez ce qu’un œil  moins averti peut comprendre en lisant vite. Impossible de ne pas y voir une volonté, encore une fois, d’entretenir la confusion.

Bon, c'est écrit gros... Mais quand-même !

Bon, c’est écrit gros… Mais quand-même !

Nous sommes donc en présence d’un produit de coloration tout à fait classique contenant les mêmes ingrédients que toute coloration que vous pourriez faire chez le coiffeur ou acheter au supermarché.

Un certain nombre d’autres marques jouent sur l’ambigüité pour tromper le client comme 3 Chênes, Phyto Color, Beliflor, Martine Mahé… On les retrouve même parfois en magasin bio ou en pharmacie. Restez méfiants, restez attentifs, utilisez vos petits yeux, lisez les emballages.

A quoi ressemble une vraie coloration végétale ?

Prenons une marque reconnue et pionnière en la matière : Logona.

Je vous ai choisi la nuance la plus claire, vous allez voir pourquoi.

On peut lire sur la boîte « Pour des cheveux blonds clairs à blonds moyens – n’éclaircit pas – »

Première phrase de la description : « La teinte obtenue s’obtient par ajout à la couleur initiale des cheveux, il n’est donc pas possible d’éclaircir les cheveux. »

Là, on a tout. Une vraie coloration naturelle ne contient pas de peroxyde d’hydrogène et ne permet donc pas d’éclaircir les cheveux. Si on applique cette coloration sur un cheveux plus foncé que la teinte, on obtiendra des reflets blonds, mais certainement pas du blond platine.

Les conseils d’utilisation :
« Les soins colorants LOGONA se présentent sous forme de poudre. Vous activez la composition avec de l’eau chaude, vous appliquez ensuite la pâte obtenue sur vos cheveux mouillés, en commençant par les racines. Temps de pause : 1 à 2 heures. »

Ca se passe de commentaire. 🙂

Ingrédients (je suis allée les chercher sur le site de Logona parce celle affichée sur le site commercial n’est pas la bonne) :

poudre de fleurs d’hibiscus, poudre de racine de rhubarbe, poudre de cassia, poudre de henné bio*, protéines de blé, huile de jojoba bio*, alginate, mélange d’huiles essentielles

Des plantes, de l’extrait d’algue pour la texture, des huiles essentielles pour le soin et l’odeur. Pas besoin de conservateur, pas besoin de révélateur, pas besoin de décolorant, pas besoin de greenwashing, que du frais, du pur, du bio, du sans danger.

Cela dit, attention. Ce n’est pas parce que quelque chose est naturel que c’est sans danger pour vous. Faites toujours un test d’allergie dans le pli du coude pendant 24 heures si vous avez un terrain allergique.

Hormis ça, allez-y sans crainte.



Petit résumé rien que pour vous :

Ce qui doit vous faire fuir : Trop de vert, une liste d’ingrédients à rallonge, des produits à mélanger, la mention « éclaircissant », moins d’une heure de pose, des mises en gardes concernant les allergies, une forte odeur de produits chimiques.

Vous pouvez y aller si : C’est Logona, vous devez mélanger de la poudre et de l’eau, ça sent bon les plantes, il est précisé « n’éclaircit pas », ça nécessite au moins une heure de pose, vous arrivez à prononcer les noms des ingrédients.


Ça vous est déjà arrivé de vous faire avoir par une fausse coloration naturelle ? Ça vous étonne ou vous êtes blasés de tout ce greenwasing à force ? ^^